CONVERGENCE
L'UNION DE SON ET DE LA COULEUR
LE SILENCE ET LA NAISSANCE DU SON [CHAPITRE 1]
L'audience est plongée dans la blancheur neutre du silence créant un sentiment d'attention méditative. Une onde apparaît progressivement par un jeu subtile d'ombres rendant la déformation de la matière visible. Le phénomène sonore est né.
UNE CHUTE DANS LES ABYSSES DE LA MATIÈRE
Une déformation de la matière et un zoom infini captent l'attention pour nous emmener à l'échelle quantique dans le chaos atomique de la matière. Le mouvement est rapide, le passage du blanc éblouissant au noir profond, conjugué à une continuité visuelle du macroscopique au microscopique crée un effet de contraste surprenant et impressionnant et nous faisant changer d'échelle.
UNE PLONGÉE DANS LE CHAOS  QUANTIQUE DE LA MATIÈRE [CHAPITRE 2]
Nous sommes plongés dans le noir du chaos. Notre point de départ est l'absence d'ordre, le bruit. La matière s'organise progressivement à l'échelle quantique, puis moléculaire et enfin mécanique. Nous assistons à la génèse du phènomène sonore.
LA NAISSANCE DU SON, RÉSONANCE ET PROPAGATION [CHAPITRE 3]
L'organisation de la matière est transcendée par la naissance du phénomène ondulatoire : la résonance. Nous contemplons la matière en train de se structurer en phénomènes oscillatoires. Notre approche présente le son comme une construction de matière à laquelle la nature offre une beauté architecturale.
L'UNIVERS DES NUANCES, RENCONTRE DU SON & DE LA COULEUR [CHAPITRE 4_1]
C'est ici que s'opère la rencontre entre le son et la couleur. Une rencontre célébrée artistiquement par la lumière, mère de toute nuance colorielle. La transition avec le chapitre précédent se fait progressivement par une lente distorsion de la lumière à travers un phénomène de séparation des couleurs. Nous entrons dans l'univers de toutes les chromies. L'espace s'inonde de grands à-plats de couleurs évolutifs et procéduraux. L'inspiration de James Turrell est ici primordiale.
L'ÉMANCIPATION DE LA PERCEPTION [TRANSITION]
La transition vers le chapitre suivant se fait par une sculpture en forme d'oeil symbolisant un passage, l'accès à un niveau supérieur de perception. Les gradients de couleurs s'organisent progressivement en un cercle d'où s'extrait de la matière qui prend corps. La couleur devient objet.
STRUCTURALISME [CHAPITRE 4_2]
Nous pénétrons dans un univers aux perspectives tendues faisant contraste avec les mouvements précédents. Nous entrons dans un espace avec une dimension supplémentaires : la profondeur visuelle et sonore. Les gradients se détâchent des à-plats pour former des volumes. Nous utilisons ici toute le potentiel du dispositif immersif pour créer l'illusion de profondeur dans les écrans par l'utilisation d'anamorphose et de subtiles jeux d'ombres et de lumière (cf. Cityshake R&D Program: Moving Textures). Notre perception change de cadre en découvrant les perspectives qui introduisent le chapitre suivant, les sculptures sonores.
LA TRANSCENDANCE DE LA MATIÈRE, SCULPTURES & TEXTURES SONORES [CHAPITRE 5]
Ce chapitre ouvre l'espace aux textures sonores. Nous naviguons à travers des géométries complexes exprimant visuellement les sons et mélodies que nous entendons. Nous invitons les spectateurs à s'ouvrir au monde de la synesthésie. Les couleurs, textures, effets de lumière et harmonies se synchronisent pour nourrir des expressions émotionnelles précises.
(cf. travaux de recherche de CITYSHAKE sur la correspondance des couleurs, des textures avec les sons et les émotions)
Back to Top